ACCUEIL

Le musée la Fabrique conserve le patrimoine Sigolénois de l’industrie Textile et de l’industrie Plastique.

Dans un ancien atelier de fabrication d’écharpes , des bénévoles vous montreront l’évolution du tissage sur Sainte Sigolène depuis 1650 jusqu’à nos jours , et les premières machines de fabrication du plastique qui remplacent peu à peu les métiers à tisser.

A la fin de la visite, dans la salle vidéo , un film vous retracera l’histoire du pays et vous visiterez  virtuellement les usines les plus modernes.

 

 

 

Au long ruban du temps,

quand vivait la Fabrique !

                                                                                                                                                                                                               Aujourd’hui, mes enfants, je suis sigolénois,

Et j’évoque pour vous mon métier d’autrefois,

Quand le passant voyait, derrière les grandes baies,

Le lent balancement d’un battant qui battait,

Métronome insolite, dans la vaste fabrique,

Rythmant le tintamarre d’une étrange musique !

                                                                                                                                                                                                                      J’allais avoir seize ans. Pour mon anniversaire,

On m’offrit un métier à battant circulaire !

J’en admirais le galbe élégant des navettes

S’élevant et plongeant comme un vol de fauvettes !

                                                                                                                                                                                                                 Derrière le métier, l’imposant râtelier

Porte la lourde ensouple d’où montent par milliers

Les fils de soie serrés qui constituent la chaîne.

                                                                                                                                                                                                                      La couronne les guide, en des gorges polies,

Vers un plomb qui les tend au bas d’une poulie,

Puis vers la barre à soie dont les tiges bien lisses

Les feront s’orienter vers les peignes et les lisses.

                                                                                                                                                                                                                    Les nombreux fils de chaîne, en bataillon serré,

Franchissent le grand peigne. Chaque fil, encadré,

A désormais sa place dans la nappe de soie

Qui avance et s’étale en faisceau qui chatoie.

                                                                                                                                                                                                             Chacun devra passer dans l’oeillet d’une lisse

Qui le soulève, ou non, – au gré de quel caprice ? -

Dans un ballet follet de planches d’enfilage

Qui montent et descendent, hissées par leurs cordages.

                                                                                                                                                                                                                      N’allez pas croire pourtant au jeu jubilatoire

D’organes en goguette, en danse aléatoire !

                                                                                                                                                                                                                      Le cerveau du métier se trouve à son sommet !

La raquette est son nom, toujours très occupée,

Marionnettiste adroite à tirer sur des cordes

Logiquement choisies, sans heurts et sans discordes.

                                                                                                                                                                                                                      Saluez donc en elle, sous son aspect rustique,

De votre ordinateur, l’ancêtre mécanique !

                                                                                                                                                                                                                               Elle a son logiciel, en nappe de cartons.

Vous y voyez des trous qui sont la partition

Du chef de cet orchestre, gisait lire le binaire

Aussi bien, mais moins vite, que l’ordi … ordinaire.

                                                                                                                                                                                                              Savamment disposés, sous leur aspect simpliste,

Ces trous sont le reflet du rêve d’un artiste !

Par eux s’ébauchera un dessin futuriste

Sur le ruban de soie aux mains d’une modiste !

                                                                                                                                                                                                                            En lisant ses cartons, en tirant ses cordages,

La raquette soulève des planches d’enfilage

Choisies pour le dessin. Par leurs lisses s’élève

Une nappe de fils, ou une autre, sans trêve.

                                                                                                                                                                                                                           Entre la nappe haute et celle restée basse,

Se libère un tunnel où la navette passe

Quand recule le battant, actionné autrefois

Par les bras musculeux des fiers sigolénois.

                                                                                                                                                                                                              Chaque organe travaille sans répit et sans drame :

la navette déroule la canette de trame

de droite à gauche, et puis de gauche à droite.

                                                                                                                                                                                                                              Le peigne du battant, d’une poussée adroite,

Pousse le fil de trame croisant les fils de chaîne,

Les fixant pour toujours dans le ruban qu’entraîne

L’imperceptible avance de la barre à manchons

Dont le régulateur règle la rotation.

                                                                                                                                                                                                                       Tisser, depuis toujours, c’est lancer la navette

Entre des fils croisés. Depuis belle lurette,

L’homme cède la place aux becs de marionnettes

Qui, d’un claquement sec, font jaillir les navettes.

                                                                                                                                                                                                                          Dans ce grand maelström d’organes en action

Il est bien difficile d’empêcher les frictions !

                                                                                                                                                                                                                          Des accidents surviennent, de gravités diverses,

Entre fils qui s’emmêlent, empoignade perverse

Barrant à la navette son parcours protégé,

L’obligeant à foncer dans la chaîne embrouillée !

                                                                                                                                                                                                                             Si des fils, par vingtaines, ont été bousculés,

Il faudra bien des heures pour les réenfiler

Dans l’oeillet de leur lisse et les dents de leurs peignes.

Une journée perdue, dure journée de peine !

                                                                                                                                                                                                                           Ainsi naît le ruban, sous l’oeil  vif du tisseur

Attentif à tout risque d’effet dévastateur,

Qu’il faut anticiper avant qu’il soit trop tard,

Si l’on veut éviter bien des heures de retard !

                                                                                                                                                                                                                               Je voudrais rendre hommage à nos passementiers

Du temps d’avant la force, qui mouvaient leur métier

Au moyen d’une barre, d’où leur nom de barraires.

Deux vaches à l’étable, dans la cour un araire,

Ils étaient nos grands-pères ou ceux de notre mère,

Ils dorment loin du bruit, dans le vieux cimetière.

                                                                                                                                                                                                                        Aux mains sûres et douces de hardis ouvriers,

Que je veux, mes enfants;:avec vous remercier,

Ces vieux métiers muets, avec amour lustrés,

Survivront très longtemps, en témoins protégés

D’un temps, lointain déjà, où leur vie et leur voix

Faisaient battre le coeur du bourg sigolénois !

                                                                                 Antoine Verdier    

                                                                                                                                à  ses petits-enfants ,                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

                                                                            les souvenirs d’un papy qui porta, quelque temps 

                                                                         le tablier bleu du passementier avant de le troquer 

                                                                                         contre la blouse grise du pédago d’antan !

                                                                                                                     Crisselle, 25-27 août 2009